Des journalistes Rwandais et Congolais veulent lutter contre les discours de haine et la désinformation

Des journalistes Rwandais et Congolais veulent lutter contre les discours de haine et la désinformation

Comprendre le phénomène de la désinformation, discuter sur comment la désinformation promeut les discours de haine, attise les conflits et l’instabilité et discuter sur comment les médias de la RDC et du Rwanda peuvent jouer un rôle actif dans la lutte contre ce fléau, tel a été les objectifs qui ont réuni les journalistes des deux villes voisine Gisenyi(RWANDA) et Goma(RDC) en date du 8 aout 2022 à Gisenyi.

Cette rencontre a été organisée par CIPESA (Collaboration sur la politique internationale des TIC pour l’Afrique orientale et australe) dans l’objectif d’amener les journalistes à jouer pleinement leurs rôles en cette période des conflits.

« La manipulation de l’information et la propagation des fausses informations sont la base de plusieurs dégâts dans les communautés en conflits. Les médias sociaux sont les canaux les plus rapides de la diffusion de ces messages qui ont amené les populations à commettre les actes barbares et nous sommes tous témoins de ce qui s’est passé en RDC il y a quelques semaines. Qui en seraient les promoteurs ? » C’est dans ces termes et questionnement que le Dr WAKABI Wairagala directeur de CIPESA, a introduit la séance.  

Pour Theodore MAGARAMBE, Journaliste de Isano Radio de Gisenyi au Rwanda, les politiques, les rebelles et les journalistes ne sont pas saints dans cette affaire

« Les politiciens, les groupes armés et les jeunes chômeurs propagent les discours de haines. Les politiciens pour leurs intérêts personnels manipulent les informations et attisent le feu au sein de la population. Nous journalistes sommes les éléments moteurs dans la création et le partage de la mauvaise information avec nos pages Facebook, chaines YouTube à la quête des vues car c’est le seul business rentable aux médias. »

A en croire, ces pratiques crée des conséquences sociales, économiques et éducationnels dévastatrices au sein de la communauté de deux villes : le prix des denrées alimentaires de base a haussé, les radicalismes et le ceptisme de la population sur certaines informations circulant sur les réseaux sociaux et la cohabitation pacifique entre les populations de ces deux villes n’est plus d’actualité a renchéri Mr Fidèle KITSA journaliste a la radio Kivu stars de Goma.

Créer un réseau des journalistes fact-checkers dans ces deux pays et initier un programme des notions de base en vérification d’informations dans nos médias ; telles ont été les plus grandes recommandations de ces accises.

Nadine KAMPIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *