Rwanda : Eradiquer la Tuberculose en Renforçant la surveillance et le système de soins pour les personnes à haut risque de contamination

Renforcer les mesures de surveillances et le système de soins en faveurs des personnes à haut risque de contamination de la tuberculose afin de tenter d’éradiquer cette maladie très contagieuse.  C’est parmi les engagements pris par les autorités sanitaires rwandaises ce 24 mars, à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale contre la Tuberculose.

Pour ces autorités, il s’agit de faire le lien avec le thème de la journée pour cette année qui est « Investir pour mettre fin à la tuberculose, sauver des vies ».  Il s’agit d’un thème qui souligne le besoin urgent d’investir des ressources nécessaires pour intensifier la lutte contre cette maladie et concrétiser les engagements pris par les dirigeants mondiaux pour mettre fin à la tuberculose.

Les enfants de moins de 15 ans comptés parmi les personnes à haut risque de contamination

Chez les enfants et les adolescents, la maladie n’est souvent pas reconnue par les prestataires de soins et elle peut être difficile à diagnostiquer et à traiter.

Le ministère de la Santé du Rwanda cherche à renforcer les capacités des agents de santé pour un diagnostic et un traitement précoces afin de mettre fin à la maladie chez les enfants. Environ 6,8 % des patients tuberculeux sont des enfants de moins de 15 ans. Les responsables de la santé disent qu’il est difficile de diagnostiquer la tuberculose chez eux sur base des expectorations (pour tester la présence de bacillus mycobacterium tuberculosis), ils observent plutôt les symptômes communs qui se présentent et les traitent.  Pour faciliter le diagnostic médical ; les crachats qui sont un mélange de salive et de mucus provenant des voies respiratoires et généralement causés à la suite d’une infection ou d’une autre maladie sont souvent examinés au microscope.  La tuberculose pulmonaire est une infection bactérienne des poumons qui peut provoquer une gamme de symptômes, notamment des douleurs thoraciques, un essoufflement et une toux sévère.

Quelques données statistiques,

Selon les statiques publiés par l’OMS en octobre 2021, Au total, 1,5 million de personnes sont mortes de la tuberculose en 2020 (dont 214 000 présentaient également une infection à VIH). À l’échelle mondiale, la tuberculose est la 13e cause de mortalité et la deuxième due à une maladie infectieuse, après la COVID-19 (et avant le sida).  Selon les estimations 9,9 millions de personnes ont développé la tuberculose dans le monde. Cela concerne 5,5 millions d’hommes, 3,3 millions de femmes et 1,1 million d’enfants. La tuberculose est présente dans tous les pays et toutes les tranches d’âge. Cependant, c’est une maladie que l’on peut éviter et soigner, souligne, l’Organisation mondiale de la santé.  En 2020, 1,1 million d’enfants ont développé la tuberculose dans le monde.

Au Rwanda, Dr Patrick Migambi, coordinateur du programme national de lutte contre la tuberculose et la lèpre, a déclaré qu’au cours de l’exercice 2020/21, le nombre total de cas de tuberculose diagnostiqués était de 5 835, dont 85 % étaient atteints de tuberculose pulmonaire, qui est la plus contagieuse.

Sur le nombre total de cas de tuberculose diagnostiqués, 28 cas étaient multi résistante (MDR-TB), où le patient doit être traité dans un délai de neuf mois à deux ans, a-t-il précisé.

Migambi a déclaré que 88% des personnes infectées guérissent complètement après avoir pris correctement des médicaments, tandis que 8% d’entre elles meurent même pendant qu’elles prennent des médicaments. Cependant, le taux de mortalité est plus élevé à 17 % chez les personnes vivant avec le VIH. D’autre part, il a déclaré que des enquêtes ont montré que seulement 40% des personnes symptomatiques se rendent dans les hôpitaux pour se faire soigner, ce qui reflète l’écart de sensibilisation et le changement de Mentalité.

 Les personnes à haut risque de contamination au Rwanda

Les personnes à haut risque de contracter cette maladie infectieuse comprennent les personnes vivant avec le VIH/sida, les enfants de 15 ans et moins, les personnes vivant avec des patients tuberculeux, les détenus, les travailleurs dans les mines et les personnes atteintes de diabète.

« Au Rwanda, nous comptons un pour cent des patients diagnostiqués qui échappent au programme de traitement et qui développent la tuberculose multi résistante, ils sont la principale cause de propagation continue de la tuberculose dans la communauté » a souligné le Dr Patrick Migambi

Appel à la responsabilité collective et individuelle pour lutter contre la tuberculose 

Migambi a souligné que les gens devraient être conscients que la tuberculose est guérissable et qu’il faut environ six mois de traitement pour être guéri, à l’exception de la tuberculose multi résistante qui peut s’étendre sur deux ans relativement.

Toute personne souffrant d’une toux qui dure plus de deux semaines devrait demander un diagnostic dans n’importe quel établissement de santé pour un traitement et un suivi appropriés, gratuitement”, a-t-il déclaré.

Il a révélé que le budget global consacré au traitement de la tuberculose au Rwanda est de 8 360 000 dollars et que 40 % sont couverts par le gouvernement tandis que le reste est fourni par différents partenaires.

Florence UWISUGI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *