Micheline BAUMA LIATA, Miss Love

Micheline BAUMA LIATA, Miss Love

On la surnomme Miss Love, pour son empathie envers ses collègues. Mme Micheline BAUMA LIATA est née des parents humanitaires, dans la ville de Kisangani, Province de la Tshopo, en 1985.

Son entrée à Internews

Arrivée en novembre 2020 à l’ONG Internews, elle occupe le poste de Chargée de Projet Covid19-Réponse Rapide dans la Région des Grands-Lacs. Un projet en consortium avec les ONG Alert International et Pole Institute, financé par l’Union par l’Union Européenne.

Miss Love, détend l’atmosphère de ses collègues au moment où la Covid19 fait rage dans les 5 pays (RDC, Rwanda, Burundi, Ouganda, et Tanzanie) où le projet est implémenté. Elle est en contact régulier avec la centaine des partenaires du projet.

Dans une réunion de staff, un de ses collègues à Internews lança : ‘’Je n’ai jamais vu quelqu’un d’imperturbable, et sans stress comme cette dame’’.  Elle sourit, la salle enchaina, et elle ajouta d’une voix imposante : ‘’ l’anxiété, l’irritabilité ou la déprime portent atteinte aux résultats attendus du travail.’’ Et la réunion se poursuivit dans un climat détendu.

Méthode de travail

‘’La carotte et le fouet’’, dit-elle sans tergiverser.

Mme Micheline BAUMA renseigne que dans son parcours professionnel, depuis 2006, elle a travaillé avec différentes organisations internationales telles que le Réseau des Femmes pour le Développement et le Genre (REFED) à Kisangani, la Dynamique des Femmes Juristes (DFJ), Women for Women International, Entraide Protestante Suisse (EPER-SUISSE), Mercy Corps, et Internews Network. La méthode qu’elle a utilisé dans le management des projets a toujours été celle de la ‘’carotte et du fouet.’’ Selon Miss Love, cette méthode expliquée par l’allemand Zuckerbrot und Peitsche, parlant de la politique du chancelier Otto von Bismarck, consiste à gratifier quand il le faut, et à punir quand c’est nécessaire.

Mariée, mère de plusieurs enfants, Mme Micheline BAUMA a fait ses études universitaires à l’Université de Kisangani (UNIKIS) dans la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education où elle obtint son diplôme de licence en Psychologie du Travail. Son étude a porté sur ‘’les facteurs de stress et ses conséquences sur l’estime de soi et le rendement au travail.’’

Rêve

Le plus grand rêve de Miss Love est de voir un monde dans lequel les gens vivent en parfaite santé mentale et physique. Un monde dans lequel les droits humains sont respectés, où les femmes sont autonomes, et où les hommes et les femmes coopèrent en parfaite harmonie dans le respect des valeurs chrétiennes.

Serge BISIMWA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *