Invité au débat régional d’avril 2021, Monsieur Désiré BUYANA, Coordonnateur provincial du PNCPS au Nord-Kivu, s’exprimait sur les avancées dans les opérations de la vaccination dans la Région des Grands-Lacs

Invité au débat régional d’avril 2021, Monsieur Désiré BUYANA, Coordonnateur provincial du PNCPS au Nord-Kivu, s’exprimait sur les avancées dans les opérations de la vaccination dans la Région des Grands-Lacs

  • Au niveau national, il y a eu un programme de sondage, qui s’est déroulé dans 4 provinces pratiquement, on voulait savoir quel est le niveau de l’acceptabilité de la population par rapport à la vaccination contre la Covid19. Et là c’était la province du Nord-Kivu, la province du Sud-Kivu, la Province de l’Equateur et la province de Kinshasa. Il y a des recommandations que la population avait formulées à l’endroit du gouvernement congolais pour que cette vaccination soit acceptée par une grande partie de la population. Même-ci il y a eu beaucoup des rumeurs qui semblaient décourager la population, détournaient l’intérêt de la population et l’attention de la population au niveau du Nord-Kivu, nous constatons que la population se prépare aussi à recevoir cette vaccination. Le 21 avril, le premier lot de vaccin est arrivé en province. Nous avons tenu un point de presse, et le message a était donné clairement par le ministre provincial de la santé, c’est pour dire que la campagne concerne une population spéciale, du fait que les doses qu’a reçu la province étaient insuffisantes pour couvrir toute la population, et les cibles ont été déterminés, notamment, les personnelles de première ligne dans les hôpitaux et dans les formations sanitaires, étant donné qu’ils sont en contact direct avec les malades. Mais aussi les personnes vivant avec la comorbidité. C’est-à-dire, les personnes qui ont des maladies comme l’hypertension, le diabète et les maladies rénaux. Et aussi les personnes au-delàs de 55 ans. Si aujourd’hui la RDC a déjà commencé la vaccination, nous espérons que le Burundi aussi va lancer la campagne et les autres pays de la région vont devoir lancer. Et au fur et à mesure que les gens se courtisent, les petits commerçants, qui vont d’un pays à l’autre, cela va davantage influencer le gouvernement, voir comment ils peuvent se protéger contre cette maladie, organisé la campagne pour que toute la population soit protégé.
  • Le vaccin Astra Zeneca est un vaccin efficace, retrouvé sur le monde et validé par l’OMS. En plus de cela, Astra Zeneca donne un dispositif de conservation et de transport qui est adaptable au pays du tiers monde comme la RDC. Si nous faisons une comparaison entre la vaccination contre la maladie à virus Ebola et la vaccination contre la Covid, nous réalisons qu’il y a une grande différence. Puisque, la vaccination que nous avons réalisée pour la maladie à virus Ebola était autour des cas confirmés. Et ça prenait toute les populations contactes, c’est-à-dire, toute les personnes qui étaient en contact avec le malade confirmé. On pouvait les identifier et les persuader et les amener à être vacciner. Là il n’y avait pas des problèmes. Mais ce que nous avons connu comme problème dans cette campagne, c’était la résistance lié aux opinions des hommes politiques, les opinions des leaders, du fait que ça se déroulait dans une région qui était en proie pendant plusieurs années à des conflits des tueries, aux massacres à répétitions. C’est ce qui a fait à ce que l’engouement qui était par rapport à la vaccination par rapport à la riposte n’a pas était bien digéré par la population, du fait qu’elle pensait que ça allait stopper les massacres. Mais pour la campagne de vaccination contre la Covid, ça va se réaliser d’une manière différente. Puisqu’il y a une certaine catégorie de la population qui est ciblée, qui n’est pas autour des cas, mais des populations à haut risque. Ces gens-là, nous dévons faire tout pour qu’ils acceptent la vaccination. Nous allons utiliser tous les canaux, tous les influencer, tous les leaders d’opinion pour amener cette population à être capter, et à recevoir la vaccination. Le Nord-Kivu a réceptionné autour de 59 mille vaccins et le besoin était de 110 mille. Kinshasa a promis qu’il va réapprovisionner encore.
  • Nous demandons à tous les compatriotes du Nord-Kivu, de comprendre que le vaccin est dans la province, et que la campagne va bientôt commencer. La campagne c’est pour l’intérêt de tout le monde. C’est pour sauver les vies humaines.
  • A tous nos compatriotes qui ont l’habitude de lancer des messages, des facs news sur les réseaux sociaux, des rumeurs pour décourager les gens, de laisser. C’est une question de vie. Il faudrait plutôt que tout le monde s’implique à mobiliser la population vers une campagne réussie, au lieu de décourager les gens et assister à des morts, une chose qui va entrainer une perte et pour la province, et pour la Nation.

Retrouvez cet extrait en audio sur Sound Cloud :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *