Le gouvernement Ougandais n’arrive pas a retracer les cas positifs de covid-19 suite notamment aux fausses coordonnées fournies par ces derniers lors du test(Spice FM, Newsletter #, Décembre 2020)

Le gouvernement Ougandais n’arrive pas a retracer les cas positifs de covid-19 suite notamment aux fausses coordonnées fournies par ces derniers lors du test(Spice FM, Newsletter #, Décembre 2020)

 Le ministère Ougandais de la Santé se plaint de ne pouvoir suivre les patients atteints de COVID-19 récupérés dans le cadre du programme de traitement à domicile, pourtant leurs dossiers sont bel et bien présents dans le système de santé public et privé. Le Dr Henry Mwebesa, directeur général des services de santé au ministère de la Santé a l’a déclaré le 28 Novembre dernier à la radio SPICE FM émettant dans le district OHIMA en Ouganda : « Nous perdons la trace des personnes dont le test est positif mais qui restent à la maison et suivent un traitement. Nous savons combien de personnes sont testées et celles qui sont dans les hôpitaux et aussi celles qui meurent, mais nous ne connaissons pas celles qui sont à la maison ou là où elles vivent, des maisons », a-t-il dit.

Dr Mwebesa, indique que la seule information dont disposent ses services est l’endroit où ces patients ont été testés, leurs coordonnées et leurs noms. Les soins à domicile ont été introduits en septembre cette année 2020 par le ministère Ougandais de la Santé à la suite de la congestion des installations de traitement en raison de l’augmentation des cas positifs dans la communauté. Seuls les cas positifs à la covid19, ne présentant pas des maladies chroniques telles que le diabète, l’asthme ou même l’hypertension artérielle, sont autorisés de rester à la maison, isolés pendant au moins 14 jours ou jusqu’à ce que le test soit confirmé négatif. Dr Mwebesa a indiqué que seulement 4 000 lits avaient été rendus  disponibles dans les centres de traitement du coronavirus pour plus de 9 490 patients actifs. Selon ce médecin, de nombreux patients qui ont suivi des soins à domicile déclarent que personne du ministère de la Santé ne les a contactés.

Le Dr Charles Olaro, directeur des services curatifs au ministère de la Santé, affirme pour sa part qu’il est difficile d’entrer en contact avec ces patents parce que parfois les informations de contact fournies par les malades ne sont pas correctes.

AAGL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *